Le criminel aux chaussettes rouges

Chers Amis,

Le cercle ouvert mais restreint des hommes en chaussettes rouges porte en son sein un lâche en la personne de Tarquin Sextus.

L’infâme, maître chanteur et mû par l’envie, a peu résisté devant la belle et vertueuse Lucrèce, qui passait son temps à filer quand d’autres s’adonnaient à de somptueuses fêtes, venait être d’être élue femme la plus vertueuse. Tarquin, excité par sa réputation et son immense beauté vint la voir une nuit, armé d’un poignard. Il menaça de la tuer si elle résistait. Voyant que Lucrèce préférait la mort au viol, plus lourd de déshonneur, Tarquin menaça de corrompre la réputation de sa victime. Il la menaca de la tuer puis de placer son corps nu auprès d’un esclave dévêtu et égorgé afin que son assassinat apparaisse comme la conséquence d’un odieux et dégradant adultère. Devant la terrible perspective de déshonorer sa réputation, celle de son mari et de sa famille, elle céda pour ceux qu’elle aimait.
Quelques jours pus tard, elle convoqua mari et frère et leur détailla le crime de Tarquin. Ces derniers lui soutinrent que si le corps était souillé, le cœur restait pur. Convaincue et pourtant inconsolable, Lucrèce, en larme, s’enfonça un poignard dans le cœur. Elle expira et rendit l’âme. Ses proches exécutèrent Tarquin Sextus pour rendre justice à la défunte.
Titien, maître de la peinture vénitienne dans la seconde partie du XVIème siècle, interprète ce crime par la toile.  Dans une de ses versions, Tarquin apparaît comme particulièrement violent, le regard bestial, le bras armé et contracté, la chaussette rouge droite qui tombe du fait de sa brutalité. Dans une autre version, effrayée bien que devenue consentante, la magnifique Lucrèce cherche dans notre regard le secours qui n’est jamais venu.
Les heureux visiteurs de l’exposition Titien, Tintoret et Véronèse auront donc la chance de croiser au Louvre le regard désespéré de Lucrèce. Ils auront peut-être aussi la chance de croiser d’autres porteurs de chaussettes rouges, sans rivaux dans leur élégance, ni à Paris, ni à Venise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *