Le costume en lin : du mythe à la réalité

C’est sans doute la matière qui divise le plus les amoureux des beaux vêtements. Ce clivage est aussi présent au sein même d’une personne tant le lin a les qualités de ses défauts. Le lin est excessif, c’est ce qui fait son charme et sa faiblesse.

Le lin est essentiellement produit en Europe, ce qui fait de lui une des seules matières textile à fibre végétale produite sur notre continent européen.

Le bleu subtil du lin en fleur

Le lin est excessif. Cela se voit dès la production. Il ne lui faut que très peu de jours pour atteindre sa grande taille, presque un mètre. Le lin peut donc croître de plusieurs centimètres en un jour. Ses fibres, qui parcourent la plante dans sa longueur, font plusieurs dizaine de centimètres. A titre de comparaison, on parle de coton « très longues fibres » quand la moyenne des fibres dépasse 34.925 mm. Ces fibres, en plus d’être si longues, sont excessivement solides. Dès lors, on comprend le premier intérêt du lin. En plus d’être inusable, le lin ne bouloche jamais. Un tissu bouloche beaucoup quand ses fibres sont courtes et peu quand ses fibres sont longues.

Le lin est capricieux. Il ne supporte pas les mauvaises conditions météorologiques. Un coup de vent ou une pluie remettre en cause une récolte. Tels des joueurs de poker, les liniculteurs disent qu’ils perdent, du fait des aléas de culture, 9 cultures sur 10. Mais celle-ci suffit pour les faire vivre.

Le lin est propre. A l’instar des grands vins, il n’a pas besoin d’irrigation supplémentaire. Il se distingue aussi du coton en ne sollicitant aucun produit chimique. Autant de raison qui font de lui un produit écologique.

Le lin est exigeant. Une fois arraché à maturité, il demande plusieurs étapes délicates pour extraire les fibres de la plante. D’abord le rouissage (le laisser à l’air libre pour générer un réaction chimique) pour dissocier les fibres. Une fois roui, le lin est teillé pour extraire les fibres qui seront enfin peignées.

Le lin est susceptible. Il se froisse très vite.

Le lin est raide. Son élasticité est extrêmement réduite (1 ou 2%).

Le lin est travailleur. Il fait mieux que personne son rôle de fibre. Le lin est à la fois respirant quand il fait chaud et protecteur quand il fait froid. Il absorbe mieux que personne l’humidité. Il est donc le matériau le plus agréable en costume ou pour certains linges de maison.

C’est donc son caractère qui déchaine tant les passions. Rester indifférent à son égard est sans doute la seule vraie erreur que l’on puisse faire.

2 réponses à “Le costume en lin : du mythe à la réalité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *