Bernard Zins, pourquoi payer 2,5 fois plus cher son pantalon peut être quand même une bonne affaire

Le retour au premier plan des pantalons Bernard Zins après quelques années de difficultés, sont pour la mode, les hommes et la France une bonne nouvelle.

Bernard Zins

Il est impossible de parler du Zins d’aujourd’hui, sans comprendre de quoi le passé est fait. Après la seconde guerre mondiale, Bernard Zins part aux États-Unis pour découvrir les secrets de l’industrialisation textile. De retour en France, Bernard Zins cherchera à s’approcher au plus de la fabrication des tailleurs pour la confection de pantalon. Pour le dire autrement, il n’a pas chercher à adapter le pantalon au processus de fabrication, mais à créer des machines (et des brevets) qui s’approchent au mieux de la confection des tailleurs. Un de ses secrets est le repassage en cours de confection plutôt que le repassage en fin de chaine, permettant de donner du volume à un tissu qui n’en a pas initialement. Si dans les vidéos de tailleurs, vous voyez tant de fer à repasser, c’est exactement pour cette raison. A la grande époque, parmi les 500 employés, certains passaient plus de temps à repasser que d’autres atelier ne passaient à confectionner les pantalons… Mais la perfection à un prix, tout comme la fabrication française, et les grandes marques de luxe pour qui Bernard Zins travaillaient Lanvin, Balmain, Saint Laurent, Chanel et Hermès

Collection bernard Zins

Le nouveau Zins, qui s’est refait grâce à l’énergie de Franck Zins, le fils de Bernard Zins, et son neveu. Les modèles s’organisent autour de 3 coupes différentes, toutes avec une taille assez haute et sans pince :

-V2 avec un bas de 19 cm

-V3 avec un bas de 18 cm

-William, plus classique avec un bas de 20.5 cm

Pantalons Zins

A part chez les tailleurs sérieux, je ne connais pas d’endroit où il est possible de choisir un pantalon moleskine ou des velours palatine. Le velours palatine est un velours sans côte qui rend le tissu brillant sans être trop ostentatoire.

Les pantalon en tissus donegal sont exceptionnels. L’intérêt réside pas seulement dans l’aspect brut du tissu mais aussi dans la coupe. Une quatrième coupe est dédiée pour ce pantalon. Un peu plus large, il est le seul à avoir des pinces. Les 2 pinces de ce pantalon sont françaises, c’est-à-dire tournées vers l’intérieur (par opposition aux pinces italiennes tournées vers l’extérieur).

Dans ce tour d’horizon des tissus, impossible de ne pas évoquer les whipcord. Tissu redoutable qui nous enterrera tous, tout en gardant un charme intéressant.Zins pantalonnier

Enfin,  la maison Zins combine parfois des tissus qui se marient bien, l’un pour le pantalon, l’autre pour la ceinture. Habituellement peu friand d’extravagances, j’ai été séduit par ces mélanges discrets.

 

La qualité des dernières collections, en plus de la qualité irréprochable, vous permettra d’aller « une marche plus haut » (pour reprendre les termes de Franck Zins) que d’habitude, c’est-à-dire oser porter un pantalon un chouia plus original. Si vous ne mettez d’ordinaire que de l’uni, vous pourrez passer à quelque chose d’un peu plus chiné, des faux unis ou des pois très sobres.

 

Tissus pantalons zins
Ces tissus sont-ils modernes ou classiques ? les deux mon capitaine !

Une réponse à “Bernard Zins, pourquoi payer 2,5 fois plus cher son pantalon peut être quand même une bonne affaire

  1. Qui dira la difficulté de trouver un bon culottier à Paris… Merci pour cet article bien documenté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *