Le caleçon de soie

Les mémoires des gens illustres sont pleines d’intérêt. On y comprend leur vision de l’Histoire, on y découvre les ressort cachés des grands évènements et les secrets de ce qui fit le monde.

Ces mémoires nous livrent d’ailleurs parfois de truculents détails, qui rentrent dans l’auguste catégorie du « grand homme en pantoufles ».

Les gaufres Méert à Lille, prisées par Charles de Gaulle, les bretzels de Bush, la Corona et Chirac… Il n’y a pas de grand homme pour son valet de chambre.

les mémoires de Churchill nous apprennent entre autres qu’il prisait les caleçons en soie rose. Délicieuse anecdote s’il en est, qui ne manque pas de ravir et de rassurer ceux qui ont aussi leur petits travers familiers.

Les caleçons en soie sont assez rares, parce qu’on en trouve difficilement et parce que les gens n’y pensent pas. L’un et l’autre étant liés.

la douceur des caleçons en soie est pourtant agréable comme peut l’être celle des pulls en cachemire. Comme ces derniers, les caleçons en soie sont d’un entretien plus délicat, mais c’est sans doute le prix à payer pour cet agrément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *